Papa

Aller en bas

Papa

Message par Glyciane le Jeu 7 Mar - 23:48


C’est pendant les vacances de pâques que tout à commencé. Ma mère ne supportant plus son mari, mon père, je propose à celui-ci de venir chez moi.
La vie prend tranquillement son train-train. Ma mère n’étant pas encore revenue de vacances, mon père dort encore chez lui. Vers midi, il vient chez moi pour le repas et rentre chez lui en début d’après midi.
Le soir, après son petit tour dans ses « chapelles », il mange des tartines chez lui.
Quinze jours passent. Un samedi midi, je suis étonnée de ne pas le voir arrivé. Je téléphone sur son GSM, pas de réponse. Sur le fixe de l’appartement, en vain.
Je décide d’aller voir et je prends mon vélo.
Personne.
Je commence à faire le tour de tous les endroits qu’il fréquente et j’arrive à retrouvé le chemin qu’il a parcouru. Il a disparu pas loin de chez lui.
À ce moment là, je suis très inquiète et je vais donc au poste de police.
La policière, très gentille, se renseigne auprès des hôpitaux et retrouve mon père dans un de ceux qui sont proche de la commune.
J’y vais aussitôt pour apprendre qu’il a été ramassé dans la rue et qu’il a fait une embolie pulmonaire.
Mais pire que tout, il a disparu. Sa chambre est vide et son voisin de lit ne sait pas où il est parti. « Je vais faire un tour » qu’il a dit en s’en allant.
Les infirmières ne sont pas plus inquiètent que ça malgré que je leur apprenne qu’il a la maladie d’Alzheimer, donc je pars à sa recherche.
Je fais tout l’étage puis je me dirige vers la cafétaria .
Je désespère de le retrouver quand je vois une voiture de police s’arrêter devant l’entrée principale.
Je me dis, en plaisantant « ils ramènent mon père » et je n’en reviens pas lorsque je le vois descendre de la voiture.
Jusque là, l’auto le camouflait mais quand il se déplace, je le vois en entier et ne peux réprimer un rire nerveux : il a la robe de nuit bien connue des hôpitaux, une veste par-dessus et ses chaussette et chaussures sur des jambes nues. Quand j’arrive tout près de lui, il me dit tout penaud « je pensais pourtant passer inaperçu comme ça… »
Il était allé boire un verre de bière dans un des cafés voisins.
Finalement, il est resté deux semaines en observation et j’ai pu, ensuite, le ramener à la maison.
Son séjour à l’hosto ne l’a pas arrangé. Il a non seulement pris un fameux « coup de vieux », mais il est complètement perdu chez moi.
Depuis les vacances, je lui ai préparé une chambre. J’ai été cherché des objets dans l’appartement comme son fauteuil, sa radio, quelques trophées de pétanques et bowling, des livres de mots croisés… En parlant de ça, avant il faisait les muets, et maintenant, même les une étoiles sont trop difficiles pour lui.
Pendant son séjour à l’hôpital, quand je venais le voir, nous jouions aux petits chevaux. Ça, ça allait, pas trop difficile, sauf qu’il ne savait pas très bien lequel il devait avancer.
Les conversations sont un calvaire. Il ne retrouve plus la plupart des mots et perd du coup, le fil de la conversation.
Une infirmière vient chaque jour me donner un coup de main pour sa toilette. Connaissant bien la maladie, elle me prépare tout doucement au fait qu’un jour, je ne pourrai plus le garder à la maison, qu’il devra être placé dans un home.
Une aide familiale vient aussi une matinée par semaine pour s’occuper de sa chambre, de sa toilette, de son linge…
Ces matins là, je suis libre d’aller faire les magasins, de flâner, voir mes amis et je ne m’en prive pas.
Chaque après-midi, mon fils, handicapé mental (26 ans mais mentalement entre 8 et 12 ans) et mon père vont au grand magasin du coin acheter le pain pour le souper, de la charcuterie et autre, et boire un verre à la taverne.
Après plusieurs semaines, voyant mon fils revenir tout seul, j’apprends que mon père a décidé d’aller boire un verre ailleurs. Je trouve qu’il est assez grand pour se débrouiller seul et que je l’attendrai à la maison mais quelques heures plus tard, je reçois un appel de ma mère me disant qu’il a atterri chez elle et qu’elle me le renvoit. Elle me dit aussi que j’ai du vraiment faire n’importe quoi avec lui car il s’est vraiment dégradé depuis qu’elle ne l’a plus vu.
À partir de cette escapade, je ne le laisse plus accompagner mon fils au magasin.
Un matin, j’ai la surprise de ne plus le trouver dans sa chambre. Je cherche partout dans la maison en vain. Je reprends mon vélo et fait le tour de toutes les « chapelles » qu’il a l’habitude de visiter mais personne ne l’a vu.
Je m’apprête à me rendre à la police quand je reçois un coup de téléphone de la SNCB (société des chemins de fer Belge). Ils ont trouvé mon père à Liège et voyant qu’il était assez confus, ils ont trouvé la médaille que je lui avais fait graver avec mon numéro de téléphone et voulaient savoir ce qu’il fallait faire avec lui.
Finalement, ils ont eu la gentillesse de l’escorter jusqu’à la gare du nord à Bruxelles où je suis venue le récupérer. Ils ne m’ont rien fait payer.
En juillet, un jeudi matin, il a à nouveau disparu. Nous fermons toujours la porte d’entrée à clé et nous cachons celle-ci, mais cette fois-ci, il est parti par le jardin, escaladant la clôture au risque de se casser quelque chose. À nouveau, j’enfourche mon vélo mais je ne le retrouve pas.
Plus tard dans la journée, je reçois un coup de fil de ma mère : il est chez elle et ne veut plus venir chez moi parce que je suis méchante. Elle jubile en me le disant. Elle le garde chez elle, qu’elle m’annonce et ajoutant que je dois vraiment être méchante avec lui pour qu’il réagisse comme ça.
Le lendemain, nous sommes convoqués chez un assistant social pour envisager une solution.
Ma mère, s’étant rendue compte que finalement mon père n’était plus aussi facile à vivre, qu’il faisait toujours pipi au lit, qu’il oubliait tout, ne voulait plus de lui du tout. J’aurais voulu que ça se passe autrement. Pour mon père, se retrouvé dans un endroit familier aurait été plus facile, mais puisqu’elle en avait décidé ainsi, il repart avec moi à la maison. Sauf qu’en chemin, il veut aller à l’appartement et il n’en démord pas. Nous sommes devant la porte et ma mère ne veut pas le laisser entrer. Elle appelle la police.
Finalement, après plusieurs dizaine de minutes de palabre, mon père accepte de rentrer chez moi.
Les incidents se multiplient : pipi n’importe où (dans l’escalier, dans la cave, dans l’entrée), caca dans la baignoire, et le pire, c’est quand il veut se nettoyer et qu’il fait pire. L’infirmière vient chaque matin, mais parfois, c’est moi qui dois le laver.
Quand il descend les escaliers le matin, je ne sais jamais s’il va me reconnaitre. Parfois, il me prend pour sa femme.
En aout, je l’inscris dans le home de la commune. Ils m’annoncent qu’il faudra attendre au moins trois mois pour avoir une place. Je ne suis pas pressée de l’enfermer. Pas encore…
Fin aout, nous faisons notre dernière vraie sortie. C'est-à-dire que je ne le surveille pas à tout moment, qu’il est encore un peu autonome.
Les mois suivant, ça devient de plus en plus difficile de vivre avec lui. Je ne peux plus m’absenter en me reposant sur mon fils. Il ne sait pas gérer son grand-père quand celui-ci à une lubie qui lui passe par la tête.
Toutes les portes sont fermées à clé, mais je ne me décide pas à fermer la sienne pour qu’il ne sorte pas de sa chambre la nuit. Il lui arrive d’être crier, de vouloir me frapper… s’il fait ça un jour avec mon fils…
Je téléphone régulièrement au home maintenant. Mais lorsqu’une place se libère, c’est pour un pensionnaire qui doit être dans la zone fermée, et je ne peux pas me résoudre à l’enfermer. Un mois plus tard, quand une autre place se libère, dans la bonne zone, son état s’est tellement dégradé, qu’il doit être enfermé.
Bientôt les fêtes et je suis sous calmant. Ma santé se détériore.
Au mois de janvier, je n’en peux plus. Non seulement ça ne va plus pour moi, mais pour mon fils, ça ne va plus non plus.
Une place est trouvée dans un home. De l’autre coté de la ville, mais comme ça ne se décide pas dans la commune…
Fin janvier, il y rentre.
Ça m’a l’air bien. Dans un beau quartier, chambre clair.
Chaque après-midi, il y a des activités mais mon père n’y participe pas. Il s’est trouvé une petite amie et ils passent beaucoup de temps ensemble.
Au bout d’un mois, il doit changer de chambre car celle qu’il avait était plus chère et qu’il fallait attendre que les ouvriers finissent l’autre. L’occasion pour lui de se perdre un peu dans les couloirs, de se retrouvé dans la chambre d’un autre…
Depuis que j’ai pris mon père chez moi, j’ai demandé à ce qu’il soit mis sous administrateur provisoire pour que ma mère n’ait rien à me reprocher. Mais l’administratrice désignée n’est pas très compétente et laisse les factures du home s’entassées. Du coup, un an après son entrée dans le home, nous sommes en 2009, il doit partir pour non paiement de facture. On retrouve un nouveau home dans les environs et il re-déménage.
À comparer avec le précédent, je me rends compte qu’il y est beaucoup mieux. Il n’y a plus cette odeur persistante d’urine à longueur de journée.
Les mois passent et malgré deux ou trois tentatives de fuites dont deux réussies, pas d’autres problèmes ne surviennent.
Mais mes dernières visites me laissent un gout amer. Comme il ne tient plus debout, qu’il tombe chaque fois qu’il veut bouger, on l’attache dans son lit la nuit et dans son fauteuil la journée. C’est affreux.
Il ne me reconnait plus la plupart du temps et dort tout le temps.
Finalement, il décédera le 21 octobre 2009.

avatar
Glyciane
Admin

Messages : 126
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 64
Localisation : Bruxelles

http://glyciane.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa

Message par Invité le Sam 9 Mar - 4:29

I love you


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa

Message par Glyciane le Sam 1 Juin - 23:16

Invité a écrit:I love you

merci I love you
avatar
Glyciane
Admin

Messages : 126
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 64
Localisation : Bruxelles

http://glyciane.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Papa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum